Tabagisme: un facteur de complications de la cicatrisation

L'incidence des complications postopératoire

Retards de cicatrisation et infections des plaies opératoires, des retards de consolidation osseuse, des lâchages de sutures vasculaires, digestives ou de paroi, des cicatrices hypertrhophiques.

Une étude de 2003 portant sur l'évaluation de 228 plaies a ainsi montré que le taux d'infection était de 12% chez les fumeurs et de 2% chez les non-fumeurs et que le taux de lâchage de suture de plaies était de 12% chez les fumeurs alors qu'il n'y avait aucun cas chez les non-fumeurs.
Sorensen LT, Karlsmark, Gottrup F.Abstinence from smoking reduces incisional wound infection: a randomized controlled trial. Ann Surg. 2003 Jul;238:1-5.

La fumée de tabac affect différents types de cellules et différentes étapes du processue de cicatrisation lié surtout à 2 toxiques: en particulier le monoxyde de carbone et la nicotine.

Le monoxyde de carbone entraîne une diminution de l'oxygénation des tussus et une mauvaise micro-circulation sanguine.

L'action vasoconstrictrice et thrombogène de la nicotine a pour conséquence une diminution du flux sanguin et de l'apport d'éléments nutritifs nécessaires à la cicatrisation des tissus.

En outre, la production de collagène est diminué chez les fumeurs - l'action des fibroblastes qui créenet du collagène est perturbée par le tabac: diminution de la migartion et de l(activité fibroblastique par la nicotine - or le collagène a une rôle important dans la cicatrisation.


+ empêche la réngénération épithéliale
+ une étude récente a suggéré que la nicotine pourrait inhiber la sécrétion de TNF alpha (important facteur pro-inflammatoiren qui a un rôle important dans la réparation des os en cas de fracture)

Un sevrage supérieur à 21 jours diminuait de façon siginficative le risque de complications.

Le sur-risque lié au tabagisme disparaît avec un arrêt du tabac 6 à 8 semaines avant l'intervention et poursuivi durant 3 semaines à 3 mois après l'intervention.



Source : Dr Carole LECONTE

Article rédigé par le praticien le 19/09/2018